LES MACHINES DE BEAUTE

Il est impératif que les produits capillaires n'endommagent pas le cheveu sous prétexte de l'embellir. Il est tout aussi nécessaire que les cheveux résistent eux-mêmes aux agressions. Alors, sur des machines étranges, chaque produit est soumis à de véritables "torture-tests" dont seuls les rescapés seront jugés dignes de la chevelure.


  Au coeur du cheveu


La microscopie confoncale laser permet de plonger à différentes profondeurs dans le corps du cheveu. En quelque sorte, grâce au laser, le cheveu est virtuellement découpé en fines lamelles. Le produit ou la structure à étudier sont identifiés au moyen de marqueurs fluorescents. On peut ainsi visualiser l'action d'un produit à diverses profondeurs.
Outil de la recherche sans laquelle il est impossible de créer un produit capillaire de qualité, cette méthode d'imagerie est également utilisée pour évaluer l'efficacité de ces produits, aussi bien en terme de résistance qu'en terme de respect de l'intégrité du cheveu.

  Démêler inlassablement


Des cheveux qui s'emmêlent facilement sont des cheveux fragilisés. C'est pourquoi, outre le cas précis des produits démêlants, il est important de mesurer l'effet des produits capillaires sur la capacité qu'ont les cheveux à s'emmêler. Le peigne automatique, en peignant de façon régulière des mèches humides traitées par un produit et d'autres non traitées, permet de comparer les forces nécessaires au peignage des deux mèches. Les qualités démêlante et protectrice du produit sont alors mises en évidence.

  La perruque qui fait non


Un produit coiffant, une laque par exemple, a pour mission d'assurer la tenue de la coiffure. Or, dans la vie de tous les jours, notre tête est rarement immobile. Le produit n'est donc efficace que s'il résiste au mouvement. C'est la raison d'être de la perruque mobile. Sur les cheveux de la partie gauche par exemple, on applique le produit à l'étude. L'autre côté est constitué de cheveux à l'état naturel ou traités par un produit de référence.

Dans une atmosphère contrôlée afin que l'humidité ne perturbe pas le test, la perruque est alors soumise à un mouvement latéral gauche-droite : elle fait "non". Au bout d'un temps donné, on mesure et on compare les modifications subies par les deux côtés de la perruque. La résistance du produit coiffant au mouvement est ainsi évaluée.

  Vacances ou torture ?


24 heures autour du xénotest équivalent à 10 jours au soleil d'été : cela fait peut-être rêver certains mais, pour le cheveu, c'est la plus affreuse des tortures. D'autant plus que l'humidité et l'eau viennent amplifier le supplice. Cependant, un colorant d'aujourd'hui doit résister à cela. Alors, dans une sorte de phare, des mèches de cheveux colorés tournent autour de lampes au xénon qui reproduisent la lumière solaire, dans un taux d'humidité variable, aspergées régulièrement par des gicleurs d'eau. On a mesuré leur couleur avant le début de l'opération. On la mesure de nouveau après.

Les colorants qui résistent à ce traitement de choc sont vraiment extrêmement tenaces face au soleil et aux intempéries.

  Les lumières du cheveu


Les bons colorants ont appris à respecter le cheveu, y compris dans le rapport très particulier qu'il entretient avec la lumière. C'est l'art du reflet. En effet, une faible partie de la lumière est réfléchie par la surface du cheveu à la manière d'un miroir. L'autre partie pénètre dans la fibre. Là, les mélanines en absorbent une certaine quantité et en réfléchissent une autre, révélant ainsi la couleur de base du cheveu.

Mais une part de la lumière continue son chemin et va se réfléchir sur l'autre face du cheveu. Remontant donc à la surface, elle croise à nouveau les mélanines, produisant alors le reflet. C'est ce mélange de la couleur de base et du reflet qui donne au cheveu son indescriptible apparence de couleur en mouvement. Pour que les produits de coloration préservent cette immense beauté, le comportement des cheveux colorés est étudié scrupuleusement sur une machine au nom barbare : le spectro-photo-goniomètre. On y enregistre et on y analyse les diverses réflexions d'une mèche colorée, éclairée sous une incidence oblique. L'aspect lumineux du cheveu étant également un témoin de son état de santé, des mèches traitées par des produits capillaires non colorés passent aussi à l'épreuve du spectro-photo-goniomètre.




BIENVENUE
PORTRAIT D'UN INCONNU
VIVRE ET REVIVRE
UN NATUREL ETONNANT
SI SOLIDE ET SI FRAGILE

DES PROPRIETES INATTENDUES

LES MACHINES DE BEAUTE

RESISTER DANS UN MONDE HOSTILE

LES IDEES QU'ON SE FAIT ET DES FAITS ETONNANTS
TRANSFORMATIONS INFINIES
LE CHEVEU, UNE ENIGME SCIENTIFIQUE
LA CHEVELURE ET LES CULTURES DU MONDE
EXPOSITIONS
BOITE A OUTILS







Hair Profiler, prenez les commandes du laboratoire et résolvez l'énigme


Les travaux de recherche de L'Oréal s'illustrent en première de couverture du JID


Les chercheurs de L'Oréal éclairent le blanchissement des cheveux


Voyage en 3D au coeur du cheveu
Le Groupe Carrières Marques Recherche Finance et actionnaires News & Media Pour la femmes et la science